Zèbres / HP/ Hypersensible

La zébritude, le haut potentiel, le multipotentiel comme j’aime l’appeler a longtemps été mis de côté. Les premières mesures de QI visaient à identifier les enfants ayant un retard, personne n’imaginait qu’avoir de l’avance pouvait être un problème. Nous le savons aujourd’hui, ce n’est pas tant la surefficience intellectuelle qui va poser problème, que des aspects relationnels, émotionnels qui peuvent aller jusqu’à mettre le haut potentiel en situation d’échec.

Les besoins spécifiques

Voilà des exemples de thématiques qui peuvent être problématiques dans la vie du haut potentiel, qui pourtant aurait tellement besoin d’une personne qui le comprend et l’accompagne à développer son potentiel :

  • l’hypersensibilité qui peut pousser à surréagir, empêcher un investissement dans la scolarité
  • Le sentiment de décalage avec les autres, d’être incompris
  • La difficulté à comprendre les autres, à trouver des pairs qui partagent les mêmes centres d’intérêt
  • L’ennui en classe, qui peut faire obstacle aux apprentissages
  • Un sentiment d’imposture, une difficulté à accepter qu’on est haut potentiel, par peur d’être différent ou perçu comme quelqu’un qui est imbu de sa personne
  • La difficulté à canaliser ses émotions, mais aussi ses pensées (pensée arborescente)
  • Des difficultés d’endormissement, liées à la difficulté à couper ses pensées
  • Un sentiment d’injustice face à certaines réalités du monde, qui peuvent amener de la révolté
  • Une difficulté à choisir parmi tous ses centres d’intérêt une voie professionnelle, mais aussi à affirmer ce qu’on aime, car l’entourage projette qu’il est impossible d’être bon dans plusieurs choses
  • Un choc d’apprendre qu’on est haut potentiel et la relecture de son histoire comme si on se redécouvrait
  • Un manque de confiance en soi
  • Une difficulté à se faire un entourage
  • Le manque d’exercice du cerveau pour apprendre parce que jusque là « tout rentrait tout seul »

Les solutions

Ces difficultés sont complexes à partager avec les « normo-pensants », si on peut employer ce terme, à savoir les personnes qui n’ont pas de pensée en arborescence. En effet, les personnes qui ne sont pas dans ce cas, peuvent légitimement penser que « si cette personne est si intelligente, elle n’a qu’à se mettre au niveau des autres et utiliser son potentiel pour réussir ».

La réalité est toute autre puisque la personne a peut-être déjà épuisé beaucoup de ses ressources à s’adapter aux autres, voir à se construire un faux-self, à ne pas se montrer tel qu’il est pour se faire accepter. Ayant pu vivre des échecs, du rejet et de l‘incompréhension, la personne repart avec des blessures, un manque de connaissance de soi, des problématiques non résolues et potentiellement un manque de repère à construire une relation durable avec les autres.

Or, il y a des solutions, je le sais d’autant plus que ce chemin je l’ai fait. J’ai utilisés ces outils pour moi, c’est encore plus utile pour les plus petits, ils se sentent valorisés dans leur différence, ce qui est fabuleux. On peut et on a le droit d’être heureux, et plus l’intervention est précoce, plus c’est facile. On peut se construire avec ça et tirer bénéfice de son potentiel qui reste un don, si on sait comment faire avec lui. Selon les besoins spécifiques de chacun, coaching parental ou familial, sophrologie, conseil en image et pédagogie permettent de développer des ressources répondant aux problématiques que vous, votre enfant hp ou votre famille rencontrez de manière personnalisée. Contactez-moi dès à présent pour en savoir plus.

« La sophrologie est une méthode psychocoporelle (sans toucher) à vocations thérapeutique, qui permet de vivre mieux. Elle permet d’expérimenter d’allier des mouvements doux de relaxation avec de la respiration. La sophrologie fait appel, dans un second temps à des visualisations guidées où l’imaginaire permet de se relier à ses ressources passées, présentes ou future. »

« Le coaching est une technique d’accompagnement par le dialogue qui permet de développer ses compétences et sa performance. Le coach ne s’intéresse pas tant au pourquoi du problème qu’au comment de la solution. »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *